Comment l’Etat veut booster la voiture électrique

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Tarif réduit aux péages, stationnement gratuit, accès dans des voies réservées… La voiture électrique pourrait rapidement profiter de ces avantages.

Avec 31.059 immatriculations en 2018, le marché français de la voiture particulière 100% électrique a fait un bond de 25% par rapport à 2017.

Pour accélérer l’essor de la voiture électrique, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé une série de mesures. Parmi elles, l’accès à des voies de circulation réservées ou prioritaires, des places de stationnement gratuites et un tarif réduit aux péages. Le ministère des Transports serait en discussion avec les principales sociétés concessionnaires d’autoroutes (SCA).

Bonne nouvelle, le bonus écologique de 6.000 euros à l’achat sera également maintenu l’an prochain, et sans doute les années suivantes. Notons qu’un site gouvernemental d’information sur la voiture électrique sera mis en ligne en mai prochain.

Multiplier par 4 le réseau de recharge

Le président de la République entend accélérer le déploiement du réseau avec 100.000 points de recharge pour voitures électriques d’ici 2022. Il y en a environ 25.000 aujourd’hui. Ce ne sera pas de trop car l’objectif est d’atteindre 1 million d’électriques et hybrides rechargeable à cette date, contre un peu plus de 200.000 fin 2018.

Autre bonne nouvelle pour les conducteurs d’électriques, le gouvernement veut abaisser de six mois à trois mois le délai de réponse d’une copropriété pour l’autorisation d’installation d’une borne de recharge. 90% des recharges se font à la maison ou au travail.

L’Etat souhaite également faire basculer les flottes d’entreprises vers l’électrique. Pour montrer l’exemple, les administrations vont accélérer leur engagement d’acheter la moitié de leur flotte en zéro émission. Aujourd’hui, les pouvoirs publics en sont à environ 15%.

Un « Airbus des batteries »

Ce plan Macron pour la voiture électrique vise également les industriels. Le président de la République a confirmé un déblocage de 700 millions d’euros pour participer à la création d’un « Airbus des batteries ». Ce consortium cofinancé par l’Europe a pour but la recherche et la production de solutions de stockage.

 

Plus d'articles